Publié le 1 / 09 / 2010
Catégories: Articles

Vous voulez faire de la macrophotographie? Les objectifs spécialisés coûtent malheureusement très cher. Le dernier objectif macro que j’ai pu tester, le Sigma 150mm f/2.8 macro, n’est pas très cher pour ce type d’objectifs. Malgré tout, il n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Voici quelques solutions pour faire de la macro.

1. Augmenter le tirage de son objectif avec des bagues allonges

En augmentant le tirage de son objectif, c’est à dire la distance entre la lentille arrière et la surface sensible, il est possible de diminuer la distance de mise au point, et donc d’augmenter le rapport de reproduction obtenu.

A titre de rappel, le rapport de reproduction est le rapport entre la taille d’un objet et celle de son image sur le capteur. Par exemple, si un objet mesure 1 cm en vrai et 2 cm sur le capteur, on a un rapport de 2:1. Je ne vous détaille pas la formule mathématique reliant le tirage, la focale et le rapport de reproduction, mais ce dernier augmente avec le tirage.

Pour augmenter ce tirage, il suffit de monter des bagues allonges à l’arrière d’un de ses objectifs. Par exemple, je monte des bagues Kenko à mon 50mm. J’atteins des rapports de reproduction supérieurs à 1:1. Les résultats sont tout à fait corrects.


Un jeu de bagues Kenko avec report des informations


Avec un 50mm et des bagues allonges, les résultats obtenus sont très bons. Cliquez sur l’image pour la voir en plus haute résolution

Les bagues ne coûtent pas très cher: entre 100 et 200 euros le jeu de bagues, ces dernières conservent les automatismes, comme le contrôle du diaphragme ou l’autofocus. Vous pouvez également faire des économies si vous prenez un objectif M42 avec une bague d’adaptation: ces petites merveilles pullulent dans les brocantes ou sur eBay, marchent très bien et sont très souvent d’excellentes qualité: un Helios 44-2 coûte environ 10€ et donne des résultats tout à fait corrects, et une bague d’adaptation M42 vers votre monture ne coûte pas plus cher…

Les bagues allonges n’induisent aucune perte de qualité optique: elle ne dépend uniquement que de celle de l’objectif monté.

Le principal inconvénient de cette méthode est la perte de lumière. Plus le tirage augmente, moins la lumière est transmise. Sachant qu’il faut fermer fort le diaphragme en général, il n’est pas impossible que vous ayez besoin d’un flash…


En fermant le diaphragme très fort, il faut parfois un flash pour avoir la lumière nécessaire

2. Mettre des bonnettes macro

Une autre technique consiste à monter des bonnettes macro sur l’objectif. Les bonnettes sont des filtres que l’on visse sur le filetage avant et qui augmentent le grossissement. Ces bonnettes induisent peu de perte de qualité optique, ne provoquent pas de perte de luminosité, mais augmentent le vignettage.

Les bonnettes sont peu onéreuses et donnent de bons résultats. Elles représentent une bonne solution pour faire de la macro ponctuellement.

3. Inverser son objectif

En inversant un de ses objectif, en mettant le filetage avant sur le boîtier et la monture à l’avant, il est possible d’atteindre des rapports de reproductions intéressants. Une bague d’inversion permet de faire ce montage facilement.

Le premier inconvénient est que la lentille arrière est exposée. Il faudra donc faire attention en manipulant l’objectif inversé. Le second inconvénient de cette méthode est que les contacts électriques entre le boîtier et l’objectif ne sont pas assurés. Les automatismes comme le contrôle du diaphragme et l’autofocus ne sont donc pas conservés. Cependant, il est possible de contrôler le diaphragme en utilisant un objectif à diaphragme manuel, comme les objectifs M42. Il est possible aussi de fermer les objectifs à contrôle électronique en sélectionnant un diaphragme sur le boîtier, en appuyant sur le bouton de test de profondeur de champ et en démontant l’objectif… Son diaphragme reste fermé à la valeur souhaitée.

Cette méthode ne coûte que le prix de la bague d’inversion et prend très peu de place dans le sac photo. C’est une bonne solution si vous souhaitez faire de la macro pendant un voyage par exemple.

4. Coupler ses objectifs

Le principe est de monter un objectif de longue focale sur le boîtier et de monter un objectif inversé de plus courte focale: les deux objectifs sont ainsi reliés par leurs filetages par une bague de couplage.

On peut atteindre des rapports de reproduction très forts avec cette technique. Dans ce montage, le rapport entre la plus longue focale et la plus courte donne le rapport de reproduction: un 200mm couplé avec un 50mm donne un rapport de 4:1…

L’avantage est que cette méthode ne coûte que le prix de la bague. L’inconvénient est qu’elle engendre un vignettage très fort.

Avec cette méthode, il n’est pas impossible que vous ayez besoin d’un trépied, tant le grossissement est élevé…

Si vous voulez juste tester la macro sans dépenser un seul centime d’euro, voici 3 méthodes supplémentaires:

5. Augmenter le tirage de son objectif sans bagues allonges

Vous pouvez augmenter le tirage sans bagues allonges. Il suffit de démonter l’objectif et de le placer à quelques centimètres du boîtier nu…

L’avantage de cette technique est qu’elle est gratuite.

Malheureusement, cette technique vous fait perdre de la lumière, et met la chambre de votre appareil photo à nu durant l’opération: vous risquez de faire entrer des particules dans votre reflex…


Photo prise avec le boitier à l’air… La méthode est bien si c’est juste pour essayer une fois, comme ça

6. Inverser son objectif sans bague d’inversion

Inversez votre objectif, et mettez le sur votre boîtier nu… Attention aux poussières!


Grains de riz pris avec un 50mm inversé.

7. Coupler ses objectifs sans bague de couplage

Couplez vos objectifs sans bague de couplage. Les résultats sont assez aléatoires…


Les mêmes grains de riz, mais avec un Pentacon 135mm et un 50mm inversé placé sur le 135mm…

A vous de jouer!
Avez-vous des photos de macro prises avec l’une de ces méthodes? Postez des liens vers vos photos en commentaire ci-dessous!

Vous avez aimé ce billet? Parlez-en autour de vous!
Vous voulez me suivre? Suivez-moi: Twitter  Netvibes  Flickr  Flux RSS
Ou bien contactez-moi par mail: Contactez-moi
Vous souhaitez réagir? N'hésitez pas à poster un commentaire.
Enfin, vous pouvez aussi revenir à la page d'accueil!

Geek-Trend

9 commentaires

  1. [...] Ce billet était mentionné sur Twitter par Bones, Pyrros et Catherine, steakhachai. steakhachai a dit: [Steakhachai.fr] 7 façons de faire de la macro quand on n'a pas de budget http://t.co/mtk0HzJ [...]

  2. Fab says:

    Merci pour cet article interessant, et bravo pour les photos!

  3. emeric says:

    Merci pour ce très bon article, intéressant et instructif !

    En marge de ces solutions sans objectif spécialisé, peut être un autre moyen pas trop onéreux dans la mesure du possible selon son matériel : trouver de vieux objectifs macro et les monter via des bagues adaptatrices.
    Je monte des objectifs Canon FD sur mon Panasonic GH1, et dans la gamme il existe notamment un 50mm f.3.5 macro et un 100mm macro qui sont intéressants !

  4. Olivier H says:

    C’est vrai qu’on oublie aussi l’existence des bonettes! Bonne synthèse!

  5. Seb F. says:

    Merci pour ces rappels qui font du bien et évitent la course à l’achat !!! (enfin presque)
    Je suis un fan convaincu des bonnettes, j’en ai déjà une de dioptrie 5, et je pense me procurer dans les prochains mois une dioptrie 3, pour faire de la macro “plus lointaine” :wink:

  6. julnegre says:

    Bonjour,

    j’ai effectué un test avec un objectif 50mm inversé et un D7000. Résultats plus que nikel !
    a+

Ecrire un commentaire